• Info
  • Le 23 Février 2022

Kibassa Maliba participe aux travaux d'ouverture de la 5e réunion du CMTIC de l'Alliance Smart Africa à Brazzaville

24 heures après l'inauguration du Centre Africain de Recherche sur l'Intelligence Artificielle (CARIA) à l'Université Denis Sassou N'guesso de Kintelé, Brazzaville, capitale de la République du Congo abrite les travaux de la cinquième (5e) réunion du conseil des Ministres en charge des Technologies de l'Information et de la Communication (CMTIC) de l'Alliance Smart Africa.

La République Démocratique du Congo (RDC) est représentée à ces assises par son Ministre en charge des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (PTNTIC), Augustin Kibassa Maliba qui séjourne dans la capitale congolaise depuis mercredi 23 février 2022 avec sa délégation.

Ces assises ont été lancées ce vendredi 25 février au Centre International de conférence de Kintelé (Brazzaville) par le Ministre des Postes, des Télécommunications et de l'économie numérique du pays hôte, représentant le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso.

Dans son mot, Léon Ibombo souhaite "vivement que de cette réunion sortent des décisions pertinentes susceptibles de faire progresser l'Alliance vers la transformation digitale de l'Afrique".

"Le CMTIC de l'Alliance Smart Africa, émanation des Chefs d'État et des gouvernements est un instrument de promotion et de développement socio-économique par les technologies de l'Information et de Communication (...) Rappelons-nous, il a été créé pour prendre des décisions nécessaires engageant les États (...) Au centre de la vision de nos Chefs d'État, la transformation numérique du continent en tant que levier important de développement socio-économique répondrait mieux à son accélération (...) Les efforts déjà fournis doivent être poursuivis dans l'intérêt de nos pays respectifs", affirme le Président du CMTIC de l'Alliance Smart Africa.

Léon Ibombo salue "l'expertise ayant conduit à l'adoption de l'accord établissant l'Alliance Smart Africa par son conseil d'administration" pour laquelle il invite ses membres à œuvrer pour sa ratification par les parlements des pays membres.



Dans le cadre de ces travaux, le CMTIC "va examiner le projet d'organisation du sommet transform Africa prévu cette année".

Le CMTIC de l'Alliance Smart Africa entend notamment construire un marché numérique unique, "vision partagée des Chefs d'État et des gouvernements. Il compte à ces jours 32 États membres soit 2/3 de l'ensemble des pays du continent africain.

Le Ministre des Postes, des Télécommunications et de l'économie numérique de la République du Congo qui conduit ces travaux, en présence du Directeur Général de l'Alliance Smart Africa, appelle les États membres de l'Alliance Smart Africa "à tout mettre en œuvre pour accueillir le tiers restant afin qu'ensemble nous allions plus loin dans l'atteinte de nos objectifs communs notamment, transformer numériquement l'Afrique pour son développement socio-économique".

Par ailleurs, cette réunion qui se déroule physiquement et en ligne (pour des délégations qui n'ont pas fait le déplacement de Kintelé) met autour d'une table 32 pays africains dont la RDC, la République du Congo (pays hôte), le Bénin, le Burkina Faso, l'Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana, l'Égypte, le Sénégal, le Mali..., des organisations internationales, des sociétés mondiales ayant pour vision de créer un marché numérique unique en Afrique d'ici 2030.

Durant les travaux, les participants vont faire le point sur le progrès réalisés depuis la dernière réunion régulière du CMTIC de l'Alliance Smart Africa avant d'établir une feuille de route en vue de la ratification de l'Accord établissant l'Alliance Smart Africa par les États membres, d'échanger sur la prochaine stratégie triennale de Smart Africa 2023-2025 et de sélectionner les pays pour abriter le sommet transform Africa de 2022.

Ministère des Postes, télécommunication et Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication